Monarchie : s’adapter ou disparaître

L’abdication de Béatrix et cette ferveur de nos voisins hollandais ces dernières semaines font fantasmer les Belges. Certains rêvent d’un pareil enthousiasme lors de l’hypothétique abdication d’Albert II et de la montée au trône de son fils, mais nous vivons dans deux très pays différents quand il s’agit de parler de la monarchie dont l’image est ici plus que ternie par l’immobilisme typiquement fédéral.

Ne rien faire. Surtout, ne rien faire.

Les sondages négatifs et les déclarations maladroites se suivent depuis quelques temps. Les Belges sont partagés entre une réelle admiration pour Albert II, une trouille tout aussi réelle face à l’amateurisme de son fils et l’envie de voir les choses changer. De leur côté, les milieux républicains, souvent séparatistes, se réjouissent du spectacle désastreux d’un système limité, déficient, menacé et paralysé. Pourtant, le gouvernement ne semble pas trouver important de s’attaquer à la question de la monarchie. Certains partis, très conservateurs sur la question, bloquent probablement ces débats mais les autres n’y vont pas franchement non plus avec ardeur.

Le gouvernement (ir)responsable

Le Roi est utilisé comme une marionnette, probablement volontairement mais ça ne change rien au problème. Les discours, les apparitions sont (censées être) contrôlées par le gouvernement et plus particulièrement par Elio Di Rupo. Les discours maladroits de ces derniers mois sont imputables au chef du gouvernement qui met en danger la monarchie en s’en servant à son propre compte.

Les problèmes liés au prince c’est la même histoire et là encore, en fait-on assez pour y remédier ? Les partis royalistes espèrent que Philippe pourra jouer un rôle aussi positif que son père dans les formations de gouvernement mais le prince n’est jamais convié à quoique ce soit de politique. Elio va-t-il lui rendre visite, ne serait-ce qu’une fois de temps en temps pour discuter de tout ce bazarre ? Philippe de Belgique saurait-il expliquer la 6ème réforme de l’Etat sans se tromper ? Pas étonnant que le scepticisme gagne les troupes.

Couper l’herbe sous le pied des séparatistes

2014 approche et quel est le tableau ? Un Roi qui a perdu sa neutralité face à l’une des plus grande formation du pays. Un prince qui n’est pas prêt. Une princesse (Astrid) pas franchement plus à l’aise niveau communication et absolument aucun projet de modification. Même sans être républicain, séparatiste ou anarchiste il y a de quoi se poser des questions. Nul doute d’ailleurs que le camp des antis va jouer sur ces faiblesses inexcusables et il aura bien raison.

Il faut rapidement changer ça, couper l’herbe sous le pied des séparatistes, préparer le changement, préparer Philippe, préparer Albert et tous les autres. Le faire avant que d’autres s’en occupe pour nous. Réformer la Monarchie pour qu’elle s’adapte, pas pour la préparer à sa disparation.

Publicités
Monarchie : s’adapter ou disparaître

10 réflexions sur “Monarchie : s’adapter ou disparaître

  1. Tic-Tac tic-tac tic-tac….. Plus la monarchie prend sont temps avec Philippe, plus la crise risque de faire 1+1=boum. Pour moi, je mettrais philippe de suite sur le trône. cela lui laissera 1 an pour rentrer dans le costume du roi. Moins il aura le temps pour s’adapter, plus il y aura de dégâts au final.

    Le mieux serait une victoire NVA + un changement de roi le même mois en 2014 et là je donne pas cher de la Belgique.

    En faite pour moi, j’encourage chaque soir le roi à ne pas abdiquer, car la faiblesse royale est le meilleur poison de la Belgique. Désolé, je reste un gauliste républicain au fond de moi. 🙂

  2. Eric Veraghen dit :

    Philippe, en admettant qu’il ait toutes les qualités du monde aura beaucoup de difficultés pendant son reigne. Il devra faire face à une opposition séparatiste qui quoi qu’il dise, quoi qu’il fasse, quelque soit son attitude trouvera toujours quelque chose à redire, lui cherchera toujours des poux. En plus, les personnes qui devraient se taire parce qu’elles sont à son service ne le feront pas toujours pour des mobiles politiques ou lucratifs. Des anciens serviteurs demembres de la famille royale ont écrits des livres croustiants, mais plus grave, Yves Leterme et des présidents de partis flamands ont à l’époque raconté à la presse une partie des colloques singuliers. Surement que si Fabiola ou Paola avait laculture et le dynamismequ’avait la reine Elizabeth, que si un de ses membre avait comme la princesse Diana un bon contact avec les plus blessés de ce monde, les séparatistes auraient plus difficiles à dégouter le public de la monarchie, mais ceci dit, en Belgique, la monarchie a face à elle une réelle opposition motivée qui sait jouer des médias.

  3. Youri dit :

    Très bonne intervention contant la chronique d’une mort annoncée.
    Monarchie désuète et anachronique.
    Il n’y a qu’une personne intelligente dans toute cette smala royale: Mathilde. Son opportunisme farouche pousse son Flupke vers le trône, le coache en piaffant d’impatience ambitieuse.
    Alors finissons-en. Tout temps perdu ne se rattrape pas.

  4. Eric Veraghen dit :

    Merci! En me relisant, je constate que j’ai écrit mon com avec une orthographe peu croustillante. Je bas ma coulpe!!

  5. Oli dit :

    Se préparer!
    Mais cela fait 50 ans qu’il est coaché pour devenir roi.
    Si il n’est pas prêt maintenant, c’est trop tard!

    1. Youri dit :

      Ben je pense que c’est en effet trop tard.
      Tout le monde sait qu’il a reçu son diplôme d’officier uniquement parce qu’il était le fils de son père.
      Etre capable de diriger une entreprise quand on a 50 ans n’est pas donné a tout le monde. Sauf que les managers sont choisis par un conseil d’administration. En Belgium, ce job se passe de père en fils ou en neveu. Faut pas s’étonner qu’il y ait des inaptes.

  6. Oli dit :

    Youri, lorsque vous dites que l’on se repasse le job de père en fils, vous oublier de mentionner que cela est devenu la norme au sein même des partis politiques, en belgium, on est également ministre de père en fils!
    Le problème n’est finalement pas tellement le (futur) roi, mais bien le système belge dans son ensemble.
    C’est pourquoi je suis certain que la Belgique va s’effondrer de la même façon que l’union soviétique, de l’intérieur.

    1. Youri dit :

      D’accord avec vous sauf qu’en ce qui concerne les roys, le passage est automatique.
      En ce qui concerne les hommes politiques, il s’agit de personnes élues par le peuple souverain.
      Si on élit un con, fils de con c’est qu’il se trouve des gens assez cons pour le faire; c’est aussi cela la vraie démocratie.

  7. Oli dit :

    Youri,
    Voici ce qu’en 1549, Etienne de la Boètie écrivait.

    « Il y a trois sortes de tyrans. Je parle des mauvais Princes. Les uns possèdent le Royaume par l’élection du peuple, les autres par la force des armes, et les autres par succession de race. Ceux qui l’ont acquis par le droit de la guerre, s’y comportent, on le sait trop bien et on le dit avec raison, comme en pays conquis. Ceux qui naissent rois, ne sont pas ordinairement meilleurs ; nés et nourris au sein de la tyrannie, ils sucent avec le lait naturel du tyran, ils regardent les peuples qui leur sont soumis comme leurs serfs héréditaires ; et, selon le pen-chant auquel ils sont le plus enclins, avares ou prodigues, ils usent du Royaume comme de leur propre héritage. Quant à celui qui tient son pouvoir du peuple, il semble qu’il devrait être plus supportable, et il serait, je crois, si dès qu’il se voit élevé en si haut lieu, au-dessus de tous les autres, flatté par je ne sais quoi, qu’on appelle grandeur, il ne renait la ferme résolution de n’en plus descendre. Il considère presque toujours la puissance qui lui a été confiée par le peuple comme devant être transmise à ses enfants. Or, dès qu’eux et lui ont conçu cette funeste idée, il est vraiment étrange de voir de combien ils surpassent en toutes sortes de vices, et même en cruautés, tous les autres tyrans. Ils ne trouvent pas de meilleur moyen pour consolider leur nouvelle tyrannie que d’accroître la servitude et d’écarter tellement les idées de liberté de l’esprit de leurs sujets, que, pour si récent qu’en soit le souvenir, bientôt il s’efface entièrement de leur mémoire. »

    Cela fait penser à la Belgique, vous ne trouvez pas?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s