Vers la fin du vote secret ?

Me baladant à Liège et à Bruxelles ces derniers temps, je me suis souvent étonné de voir la quasi totalité des commerces afficher leurs préférences électorales. Alors bien sûr, il y en a certains (les Pakis ou les resto chinois par exemple) où il y a vraiment tout et n’importe quoi, mais certains autres affichent clairement, comme cela se fait chez les particuliers, leurs préférences. Ainsi, on découvre que tel café (tel patron, telle clientèle, …) est plutôt PS quand tel autre est plutôt MR. Sur les réseaux sociaux, énormément de mes contacts affichent sans aucune discrétion le parti pour qui ils vont voter. Je sais à peu près pour qui la plupart des mes contacts (amis ou simples connaissances) vont voter. En amont, certaines communes interdisent les panneaux électoraux publics (pour des raisons tantôt économiques, tantôt écologique, tantôt totalement absurdes) pourtant si pratiques ce qui accentue d’autant plus l’affichage chez les individus.

Lentement mais surement le vote secret semble perdre du terrain. Non seulement, je peux savoir pour qui mes amis voteront (rien de nouveau bien sûr) mais en plus je peux savoir pour qui des voisins, des collègues, des amis d’amis ou de vrais inconnus voteront. Alors bien sûr, on peut afficher ce qu’on veut et voter finalement autrement mais ça n’a pas vraiment d’importance. Voir que tout un quartier, son café favoris, ses amis, etc … votent pour le même candidat ça influence autant, sinon plus, que les sondages déjà dénoncés depuis longtemps pour leurs effets sur les décisions individuelles. Les études réalisées se contredisent souvent mais on parle souvent de deux phénomènes : l’underdog, c’est à dire la tendance à voter pour celui qui semble perdre, et le bandwagon, c’est à dire la tendance à voter pour celui qui va probablement gagner, suivre la masse. On ne connaît pas avec exactitude l’effet de ces phénomènes, mais je suis persuadé qu’ils existent…

Publicités
Vers la fin du vote secret ?

4 réflexions sur “Vers la fin du vote secret ?

  1. gillesdej dit :

    Le secret du vote veut en réalité dire « la liberté de rendre public son choix électoral ». 🙂

    1. belgo3 dit :

      je veux bien, mais tu sais à quel point les rapports entre les individus, leur vie privée et les médias sociaux n’est pas clair. On laisse des infos que tant de gens (qu’on connaît à peine) vont lire, etc … Dire que c’est un « choix » me paraît un peu simple.

  2. XDB dit :

    Je comprends les observations mais pas la conclusion pour deux raisons.

    La première, c’est que, comme Gilles l’a déjà un peu expliqué, le vote secret se réfère d’une certaine manière à un droit et corollairement à une liberté : droit de voter pour qui on veut sans que cela ne soit rendu public, d’où voter de manière isolée (et d’où le fameux « isoloir »), et liberté de rendre public tes convictions politiques ou de les garder pour toi-même. Jusque là, rien d’extraordinaire, mais je le mets pour rappel car, aujourd’hui comme hier, c’est d’application (avant même l’instauration du suffrage universel et même du suffrage plural me semble-t-il).
    Ainsi, a priori, si des gens affichent leurs préférences électorales, c’est leur droit et leur choix (mais je vais compléter avec ce qui suit).

    La deuxième, c’est que s’il y a un changement dans l’importance du « vote secret » (au sens où tu l’entends ici), alors selon moi c’est dans l’autre sens : il est devenu plus difficile qu’avant de deviner pour qui une personne vote. En tant qu’étudiant en sciences politiques, tu as probablement étudié la pilarisation (verzuiling) de la société belge. Tu auras vu que ce phénomène est à présent beaucoup plus faible que par le passé, voire non-significatif dans un nombre croissant de cas. En d’autres termes, à l’époque il suffisait de regarder vers des activités « plus fondamentales » pour voir pour qui une personne votait : l’école fréquenté, le job exercé, l’affiliation au syndicat, les éventuelles activités religieuses, le quartier habité, etc. L’affiliation à un parti politique était même plus populaire (et parfois même indirectement, lorsqu’on s’affiliait à un syndicat par exemple) et il y avait un partage beaucoup plus évident du parti pour qui on voterait parmi les gens vivant dans un même « monde sociologique » (pilier).
    Ce phénomène a perdu considérablement de son ampleur (sans disparaître toutefois). Il est devenu nettement moins significatif. De plus, les partis se sont beaucoup rapprochés sur le plan idéologiques (les différences sont moins radicales entre eux) pour attirer davantage d’électeurs. Aussi, on vit à présent dans un multipartisme extrême (surtout en Flandre). Ou encore, la personnalité du candidat est devenu beaucoup plus déterminante qu’autrefois. Parlons aussi de la « personnalisation » des candidats : on cherche juste à remplir des listes, et on va chercher des candidats de toutes sortes pour avoir une liste « variée » mais avec des candidats qui sont en réalité peu en phase avec leur liste (dans Le Soir d’hier encore, une ancienne mandataire-longue-durée du PS a décidé de ne plus s’engager au PS car elle en a marre de ce phénomène en développement). Mentionnons également la volatibilité électorale. Et j’en passe. Dès lors, le fait qu’un café mette quelques affiches du PS sur sa vitrine n’est pour moi que peu déterminant pour déduire le vote d’un client : deux personnes qui se connaissent votent plus facilement pour des partis politiques différents qu’avant (où on avait les piliers), et dès lors des clients qui sont potes et causent ensemble dans le même café « PS » cachent selon moi facilement des personnes qui votent très différement.

    En conclusion, pour moi, deviner pour quel parti une personne vote est devenue beaucoup plus difficile qu’auparavant. Sans compter la volatibilité des votes (surtout en Flandre, et ce déjà avant 2010 et la méga-ascension de la N-VA).

    Maintenant, une autre problématiue que tu pointes dans les commentaires est que des citoyens feraient facilement apparaître leurs préférences politiques sur les réseaux sociaux (par exemple), parfois sans vraiment mesurer leur geste. C’est indéniable que les possibilités de communiquer dans la masse sont devenues gigantesque et que les gens donnent plus facilement au moins des indices sur leur comportement électoral. Qu’ils le fassent sans vraiment mesurer la valeur de leur geste et peut-être un « problème » (je ne sais pas trop moi-même, et si c’était un problème alors il faudrait probablement pouvoir le décrire de manière très nuancée), mais qu’ils osent le faire est pour moi aussi une qualité : indirectement, on contribue à participer au débat politique. En affichant des convictions politiques, on peut être amené à les défendre, à débattre. Cela permet pour moi au citoyen d’entrer davantage dans la sphère du politique en tant qu’électeur, et donc d’exercer plus activement sa citoyenneté politique.

    Enfin, pour le patron du café qui expose des affiches électorales d’un parti en particulier, il y a deux personnes à distinguer (mais dans les deux cas, cela ne me choque pas) : le patron et le client. Concernant le patron, je dirais qu’il pose le même geste qu’un type qui colle une affiche à la fenêtre de sa maison. C’est son « chez lui » et il met une affiche s’il le désire. Pour le client, je ne pense pas que cela ait une incidence fondamentale : les gens fréquentent des cafés sans forcément savoir pour qui le patron vote, sauf éventuellement en période de campagne. Et si le patron colle une affiche du PS, les clients non-PS (habitués ou non) vont-ils éviter le café parce que le patron est socialiste ? J’en doute, ou alors ce sont des citoyens très engagés mais ce n’est pas le cas de la grosse majorité de la population.

  3. Eric Veraghen dit :

    Bruxelles et dans les autres communes où le vote électronique se pratique, un grand nombre de citoyens ne s’en sortent pas seuls et doivent donc être aidés par un assesseur. Pour le secret, c’est pas top; sans oublier que ce système coûte plus cher; mais là, la crise, la dette de l’état, on l’oublie!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s