Sexisme en rue, le débat est-il possible ?

Une jeune louvainiste s’installe à Bruxelles il y a quelques années, elle se doutait bien que dans les grandes villes les relations humaines sont différentes, mais ce qu’elle découvre dans notre capitale, et plus précisément dans son quartier (Annessens) la surprend particulièrement : les problèmes quasi-quotidiens qu’elle a avec la gente masculine. Chaque jour elle se fait approcher, insulter ou suivre tant et si bien que dégoutée elle décide de quitter la ville. Elle décide aussi de produire un film qui sera diffusé sur Canvas ce soir intitulé « Femme de Rue » où on peut la voir se balader dans ses quartiers, avec caméras cachées, et observer les réactions en effet terriblement machistes/sexistes, des passants de la rue.

Le débat sur l’ultra-machisme (certains vont très très loin) est un débat qui devrait avoir lieu dans notre ville où, à moins de ne jamais quitter Uccle et Woluwé, nombreuses sont celles a avoir connu la situation et nombreux sont ceux qui en ont entendu parler. Mais le débat n’aura pas lieu, en tout cas pas correctement. Car le « problème » dans cette histoire est que les hommes concernés « seraient » (je souligne bien « seraient ») majoritairement d’origine maghrébines. Rationnellement on peut y voir un lien avec la situation plus général, avec le milieu social par exemple, ce que fait d’ailleurs la réalisatrice du film, mais dans la pratique ça vole dans tous les sens et en à peine quelques heures, j’ai déjà expérimenté ce qui suit.

D’abord il y a les racistes, classiques, ils vont se focaliser sur l’origine de ces machos et conclure que si il y a un problème c’est l’Islam, les musulmans et l’immigration. Le débat n’a plus aucune chance de réussir et une fois de plus le mélange risque d’être explosif et de dégouter encore un peu plus les musulmans de Belgique (et plus singulièrement de Bruxelles) qui n’ont rien avoir avec tout ça.

Il y a aussi les « gauchistes » (notez que je ne vise absolument pas la gauche dans son ensemble, loin de là), ils reprennent l’argument social mais retourne tant et si bien la situation que la faute finit par en revenir aux femmes elles-mêmes et à la société. Les femmes qui ont des a priori négatifs sur les maghrébins qu’elles n’auraient pas du tout si le macho avait été un blanc bleu belge et la société qui est évidement responsable et ferait mieux de se taire.

Puisque nous sommes dans un pays compliqué, il y a aussi les éternelles sceptiques de toute information venant de Flandres et qui refusent qu’on s’attaque à Bruxelles. Finalement, il y a les Flaminguants eux-mêmes qui y voient, en effet, une nouvelle manière de taper sur Bruxelles la mal gérée, bref, les classiques des débats chez nous.

Et je les ai tous eu cette après-midi.

Mais il faut voir la réalité en face, il y a des problèmes à Bruxelles qui méritent débat, le machisme dans certains quartiers existe bel et bien et je ne laisse plus depuis longtemps ma copine aller toute seule à la station de métro dés que le soleil baisse. Le manque d’éducation (la sanction en fait partie) est le problème central et la façon d’y remédier est compliquée donc pas vendable, c’est pourtant la seule.

Publicités
Sexisme en rue, le débat est-il possible ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s