Bruxelles, d’un monde à l’autre…

Je pense beaucoup à cette carte que le VLD a dessiné sur Bruxelles. Vous vous en doutiez si vous avez vu mon dernier poste, je la trouve assez drôle et la prends avec la légèreté qu’il se doit. Je pense (et je ne suis pas le seul) que les critiques viennent du choc entre le libéralisme anglo-saxon (pensez au Chinatown, Japantown, Little Italy, etc … des villes « anglophiles ») et le jacobinisme français. Quoiqu’il en soit je vous propose de revenir sur un petit voyage que j’ai fais hier.

J’habite, comme vous le savez déjà à Molenbeek. Mon voyage commence en descendant vers le métro Ribaucourt, voyez les magasins sur le chemin : Boucheries (halal) arabes, épiceries arabes (qui proposent de nombreux produits importés du Maghreb), Salon de thé branchés en permanence sur la télévision marocaine (qui diffuse surtout les matchs de la Ligue des Champions européenne), dans la rue beaucoup de femmes sont voilées à la façon maghrébine etc … on rencontre aussi un (seul) café congolais et un (seul) paki proposant de l’alcool. Il n’y a rien de mal ou de stigmatisant quand on dit que ce quartier est principalement peuplé d’originaires (même lointains) du Maroc. Le petit nom de « Casablanca », pourquoi pas ?

Bref, je descends du métro à Rogier et prend le tram sur l’avenue éponyme. On traverse la « frontière » pour arriver dans le little Turkistan. Les magasins arborent des drapeaux turcs, les voiles sont à la mode turque, l’alphabet arabe n’est plus que rarement vu, rien de nouveau, rien de surprenant pour qui connait un peu le coin.

Vers le milieu de l’avenue, il s’agit d’un arrêt pas plus, changement radicale. Le tram se vide de moitié. Les voyageurs changent complètement de visage, nous arrivons dans l’autre Schaerbeek qui jouxte Woluwé. On traverse de fait des frontières invisibles et visibles.

Bruxelles est une ville très fragmentée, les contacts entre les différents quartiers ne sont pas toujours suffisant, je pense que c’est un fait. Bruxelles reste un agglomérat de petits villages. Certains sont plus mélangés que d’autres, chacun à sa particularité. Est-ce un bien ou un mal pour ses habitants je n’en sais rien. Est-ce si terrible de le dire, je ne pense pas.

Publicités
Bruxelles, d’un monde à l’autre…

2 réflexions sur “Bruxelles, d’un monde à l’autre…

  1. Guy Veyer dit :

    C’est un fait psychosocial : les gens ont tendance à se regrouper entr’eux. Cela correspond à un besoin universel d’appartenance et d’identification. Le problème dans une grande ville est, bien sûr, la formation de « ghettos »….Il serait bon de promouvoir le multiculturalisme de quartier….

  2. nbeheydt dit :

    Je suis assez d’accord avec toi. C’est un fait et le fait de le signaler n’est pas stigmatisant à mon sens.
    Il y a du racisme, certes, mais le fait de hisser le drapeau du racisme à tout bon de champ donne trop de crédit aux idées les plus extrêmes !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s