Les négationnistes, historiens ou politiques ?

Pour ou contre les lois dites « mémorielles » ? Je vous donne mon avis mais je serais ravi d’en parler avec vous car pour être franc je ne suis pas vraiment certain.

D’abord, j’entends souvent l’argument « laissons ce travail aux historiens ». Il y a dans cette phrase pas mal de choses à dire. Premièrement, les experts ne sont pas neutres, ils ont toujours une pensée politique et penser qu’un historien, sous prétexte de ses diplômes et d’une certaine méthodologie, place ses idéaux politiques totalement de côté est naïf, je l’ai vu à l’université, on étudie ce qui nous intéresse, ce qui nous fait parler, ce qui nous fait penser, ce qui nous énerve ou ce que nous admirons, un historien ne travail pas sur un sujet de manière totalement désintéressée. Les négationnistes qui ont poussé les législateurs à faire les lois que nous connaissons aujourd’hui n’étaient certainement pas qu’historiens. Avec la négation de la Shoah (mais c’est aussi valable pour les autres génocides) il n’y a pas que la contestation « pure et simple » mais tout un discours qui vient avec: qui sont les menteurs ? Pourquoi mentent-ils ? etc…

Il n’est pas ici uniquement question de parler de faits historiques. Pour reprendre mon argument précédent, on accuse une population qui a souffert (les lois de Nuremberg sont écrites noir sur blanc, les charniers on peut les voir en photos, les trous dans les arbres généalogiques, les commandes de zyklon B, etc…) de tout les maux, on s’attaque à leur dignité humaine. Ce n’est rien de moins qu’un appel à la haine somme toute classique. Quelle différence en effet entre se retrouver sur la place d’un quartier, sortir des banderoles et des panneaux expliquant que les Juifs ont tué Jésus, volés l’âme des Européens et provoqués la plupart des guerres, un tel acte serait puni par la loi, et le discours négationniste classique qui consiste à dire que les Juifs ont menti pour pouvoir créer Israël et culpabiliser à vie une Europe qui n’osera jamais rien dire des exactions en Palestine ?

Ces lois ne sont pas faites pour protéger une vérité historique, il est d’ailleurs tout fait possible de travailler sur les génocides, de rectifier certains points, mais bien de protéger la société et l’humanité des démons qui ont fait sombré l’Europe il y a quelques décennies. Un négationniste ne s’attaque pas qu’aux Juifs, aux arméniens ou aux amérindiens, il s’attaque à la société toute entière.

Publicités
Les négationnistes, historiens ou politiques ?

2 réflexions sur “Les négationnistes, historiens ou politiques ?

  1. Donc, la vérité d’état prime sur la liberté d’expression? Le jour où Di Rupo déclarera (avec notre amie, historienne, Anne Morelli) que les italiens arrivés en Belgique sont venus par la suite d’une déportation et qu’il faut une loi pour interdire à ceux qui pensent le contraire de le dire, seras-tu de ceux qui défendront cette loi?
    Regarde un homme comme Chomsky. Il est loin d’être con (c’est genre le deuxième génie du XXe siècle après Einstein) et pourtant il défend bec et ongle la liberté d’expression, même pour dire des conneries.

    1. belgo3 dit :

      Quand on accuse quelqu’un d’un meurtre qu’il n’a pas commis, cela s’appelle de la diffamation, rien à voir avec la liberté d’expression. Nier un génocide, et en particulier la Shoah, c’est accuser un peuple (une nation dirons d’autres) d’un mensonge absolument gigantesque aux conséquences mondiales, n’est-ce pas aussi de la diffamation ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s