Big Brother and I are watching you.

Les romanciers dystopiques les plus connus (Orwell, Huxley, Bradbury, et autres) ont toujours décrit une société où l’Etat devenait de plus en plus totalitaire. Apeuré par la montée du nazisme puis du communisme stalinien on peut les comprendre.

La figure la plus marquante de ces romans est celle de Big Brother. Dans 1984 d’Orwell, Big Brother représente l’Etat, il en est la base et la base du parti mais surtout il surveille. Il a des yeux et des oreilles partout, rien ne lui échappe et toute vie privée devient absolument impossible. Quand il n’est pas là, il encourage la dénonciation.

Ces auteurs auraient-ils pu s’imaginer ce que nous vivons aujourd’hui avec l’ère de l’internet ? L’Etat est réduit à pas grand chose face à ces sites web qui grappillent à chaque mise à jour quelques nouvelles informations sur notre vie privée. Avec facebook, les employeurs observent leurs employés, les parents observent leurs enfants, les ex’s observent leurs ex’s. Avec Twitter, on se révèle face à des inconnus, le « chat » privé devient public. Avec Foursquare, on passe à une autre dimension, celle de l’espace. Ces médias sociaux sont de plus en plus nombreux et avec eux notre vie privée se réduit à vitesse grand v. Plus incroyable encore, tout cela est parfaitement volontaire même les empiétements de l’Etat sur la vie privée (caméras, …) sont réclamés par la population.

Imaginez une journée classique d’un « geek » de l’internet. Son réveil sonne à 7h, il saute sur twitter ou facebook, lache un commentaire avant de partir (en retard) sur son lieu de travail. Sur le chemin (visible sur googlestreetview) il rencontre 4 à 6 caméras de surveillance. Il utilise une carte à puce pour retirer de l’argent et prendre le métro. Arrivé sur son lieu de travail (visible sur googlestreetview) il donne sa situation géographique sur foursquare, il chipote un peu sur les différents réseaux dont Linkedin, le réseau pro. Son patron sait tout ça grâce à la surveillance électronique (et à la caméra). Sorti du travail il va prendre un verre avec ses amis, il le tweet, le foursquarize et le facebookise (non seulement lui, mais aussi les personnes avec qui il est sont fichées sans le savoir). Il se détend donc dans un bar sympa (visible sur googlestreetview et avec caméra) où il paye avec carte à puce. Retour à la maison, visite du compte en banque online, écoute de musique sur spotify (tout le monde sait ce qu’il écoute car il a relié son compte à facebook) et dodo dans sa chambre visible sur googlestreetview.

Un informaticien un peu chevronné saurait bien plus que la moitié de la vie privée de cet individu qu’il ne connait pas : quand et où il se lève, le chemin de son travail, son travail, ses collègues, ses amours, son cv, ses intérêts, ses lieux de sorties, ses goûts musicaux et bien d’autres choses grâce à un google qui n’oublie rien. Dans le meilleur des cas il s’agit de publicitaires qui profitent de ces informations pour faire du targeting, dans le pire des cas on peut imaginer des voleurs d’identités (je vous conseille à ce sujet traque sur internet avec Sandra Bullock, le film a un peu vieillit mais reste d’actualité).

Pourquoi je pense à ça ? Avec la sortie de Google Street View j’ai véritablement l’impression (et ça n’est pas qu’une impression) qu’une nouvelle frontière à été franchie. Avec les réseaux sociaux classiques on pouvait choisir de s’inscrire, avec Google Street View c’est la désinscription qui devient un choix, il faut envoyer une demande pour retirer sa maison ou sa tête, c’est nouveau, mais tout le monde l’accepte et s’en réjouit sauf quelques « vieux cons » qui osent se plaindre de l’envahisseur.

Finalement, et si les auteurs dystopiques ne s’étaient pas trompés. Et si l’Etat totalitaire mondial était en chacun de nous et qu’il était encouragé inconsciemment par une population naïve, voyeuriste et extravertie qui court le danger de toujours plus d’uniformité et de superficialité par peur d’être jugé par l’autres qui sait tout. Et si Big Brother c’était moi ?

 

Publicités
Big Brother and I are watching you.

Une réflexion sur “Big Brother and I are watching you.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s