Trots op België et fier de l’être

J’étais hier soir place Flagey à Bruxelles à l’occasion de la soirée Trots op België et fier de l’être organisée par la maison flamando-hollandaise « De Buren ». Sans trop savoir de quoi il s’agissait, j’avais été attiré par l’affiche et le titre, et surtout le fait que, pour une fois, ce n’était pas une organisation francophone… je n’ai pas été déçu.

A l’entrée, un Eddy Mercx de pacotille jouait de la guitare sur un vélo de salon et des hôtesses nous accueillaient et nous dirigeaient vers le Studio1 du vénérable bâtiment construit du temps de l’INR. Le spectacle commence par une imitation de Sandra Kim. Ensuite, l’animateur de la soirée fait les présentations et annonce les intervenants : Mr. Birenbaum, journaliste au Soir, et sa rédactrice en Chef, Béatrice Delvaux, un journaliste du site DeWereldMorgen.be, une historienne d’art hollandaise et Marc Eyskens nous expliquent leur Belgique idéal.

Birenbaum est nostalgique de la Belgique du passé, celle qui dans laquelle ses immigrés juifs de parents se sont installés. La hollandaise de déclarer son amour à la Belgique mais … sans la monarchie qu’elle a durement critiqué. La rédactrice en chef du soir de se confier sur la Belgique qui l’a vu grandir, de son village natal à Ostende et de ses espoirs pour la suite. Le journaliste flamand a fait un discours beaucoup plus politique, il a appelé à une nouvelle révolution belge, sociale, solidaire, un nouvel exemple pour l’Europe. Marc Eyskens a terminé par un grand discours sur les erreurs du passé, et celles du futur à ne pas commettre (un beau parleur me suis-je dis). Des discours de qualité, et l’un des animateurs de terminer par une citation de Lamartine légèrement adaptée.

Il s’adresse aux francophones

Si les Flamands disent qu’ils vous aiment, ne les croyez pas
Mais si ils disent qu’ils ne vous aiment plus, ne les croyez pas non plus.

Il y a eu un Quizz particulièrement difficile pour lequel toute la salle, environ 200 personnes, participaient, j’ai buté sur une question ayant trait à l’hymne national. Pour terminer, le chanteur et musicien Daan est venu interpréter quelques morceaux en anglais, néerlandais et français. Le spectacle terminé, le public s’est retrouvé dans le petit bar à l’entrée. Vraiment super comme soirée, bravo à eux.

Publicités
Trots op België et fier de l’être

2 réflexions sur “Trots op België et fier de l’être

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s